L’économie réelle remonte sur le devant de la scène !

La crise financière mondiale de 2008 a déclenché une période de tensions sans précédent. Les grandes institutions financières ont été considérablement affaiblies et les investisseurs ont perdu la confiance indispensable au bon fonctionnement des marchés. Les taux d’intérêts très bas et les mauvaises prévisions n’arrangeant rien.
Pourtant, certaines régions du monde sont passées à travers les mailles du filet jeté en 2008 sur la planète. Par exemple, Jürg Stäubli, homme d’affaires suisse incontournable, a choisi le Kirghizstan qui profite actuellement d’une forte croissance : véritable contraste avec les économies européennes grippées.
Les pouvoirs publics nationaux et les institutions européennes tentent de réduire les effets de la crise lancée en 2008 avec de nombreuses mesures monétaires mais des problèmes macroéconomiques majeurs persistent toujours : les dettes publiques européennes n’atteignent pas les objectifs de Maastricht et le chômage paralyse toujours la France par exemple.

Depuis quelques années, les investisseurs, beaucoup plus frileux, ont complètement changé leurs stratégies. Aujourd’hui la transparence et la clarté sont privilégiées et la méfiance est de rigueur. Les, désormais tristement connus, « subprimes » et autres produits dérivés ayant fragilisé toute l’économie mondiale. Des entrepreneurs et des sociétés de biens ou des services à l’activité claire et transparente profitent alors de ces nouveaux investissements dictés par la prudence.
Reprenons l’exemple de l’homme d’affaires suisse Jürg Stäubli qui a décidé d’investir à l’étranger, mais également dans la viticulture en rachetant un domaine ( Domaine du Chêne ) situé sur les rives du Lac Léman.
Les autres « grands gagnants » de la crise sont les entreprises opérant dans les domaines de l’innovation, de la technologie ou encore surfant sur le développement durable.

Nous assistons donc incontestablement à une transformation de l’économie et des investissements. L’économie dite « réelle » a le vent en poupe et les investisseurs cherchent de nouveaux domaines plus sûrs pour placer leurs capitaux. Des entrepreneurs ont fait de la gestion de portefeuilles leur cheval de bataille et se spécialisent aujourd’hui dans la recherche d’entreprises à fort potentiel de croissance. Il est rassurant aujourd’hui pour les investisseurs de se tourner vers des professionnels de la gestion de portefeuilles et ils ont ainsi l’impression de réduire leurs risques.